L’avant-match : Felice Mazzù

Place déjà, ce dimanche au deuxième quart de championnat pour l’Union avec la visite, dimanche à 16h – à huis clos -, du FC Brugeois Next, et une… très forte envie de revanche chez notre entraîneur Felice Mazzu.

« Les deux points qu’on a perdus dans les installations de Lokeren me sont restés en travers de la gorge, vu le nombre incalculable d’occasions qu’on s’était créées. Rien que d’y penser, ça doit nous convaincre d’aborder ce match avec toute la motivation voulue, non sans méfiance et toujours dans le respect de l’adversaire. »

Les nouvelles du groupe sont plutôt bonnes, vu que quasiment tout le monde redevient désormais opérationnel.

« Oui, j’ai désormais un… gros embarras du choix, mais c’est une très bonne chose. La concurrence est donc davantage encore présente et tout le monde doit l’accepter. Nous formons une équipe avant toute chose, et c’est avec une vraie mentalité collective qu’on pourra atteindre l’objectif fixé. Le choix est difficile mais on a la qualité pour viser haut, à condition que tout le monde joue le jeu. »

 

Le huis-clos risque peut-être de perturber les joueurs…

« Cela fait maintenant plus de quatre mois que je suis à l’Union et je n’ai pas encore pu voir à l’œuvre l’ensemble de notre public. Je le regrette évidemment. Mais les circonstances sont très problématiques, et je suis déjà content qu’on puisse continuer à jouer. La santé de la population passe avant tout. »

 

Vu le cas de certaines équipes en quarantaine, ne risque-t-on pas d’assister à un championnat faussé ?

« C’est un risque, vu que certaines équipes devront bien rattraper leur retard. Mais on ne peut rien y faire, sinon accepter la situation… »